Publications

http://idhes.u-paris10.fr/medias/photo/itti-2016-1_1455180616914-jpg

La revue en ligne « Images du travail/travail des images » a consacré son premier numéro à la mise en images des groupes professionnels. Cette publication fait suite à une journée d’études qui s’est tenue le 9 février 2015 à Poitiers, dans le cadre du festival « Filmer le travail », et dont le RT1 était partie prenante.

Mise en image des groupes professionnels

L’histoire des groupes professionnels est jalonnée d’images matérielles, planes ou en relief, fixes ou animées, qui témoignent de la manière dont ils se voient eux-mêmes ou souhaitent être vus. Ces images sont nombreuses, quelquefois très anciennes et présentent des finalités et des formes diversifiées : sculptures, vitraux, peintures, gravures, photographies, films, dessins, bandes dessinées, documents numériques… Le matériau est très abondant, il peut paraître écrasant, il est en fait rarement abordé sous cet angle. Que disent les images des groupes professionnels ? Dans quels contextes et avec quelles intentions sont-elles produites ? Que révèlent-elles de la place occupée par les métiers dans le monde social dont ils font partie, de leur position dans la division du travail et dans les échelles de revenu, de pouvoir ou de prestige ? Comment montrent-elles les activités de travail et les pratiques professionnelles ?

Le premier numéro de la revue Images du travail, travail des images est consacré aux diverses formes de présentation de soi réalisées ou commanditées soit par des professionnels seuls, soit par des groupements de gens de métier. Dans cette mise en scène, les professionnels se donnent à voir comme les personnages centraux du «drame social du travail », selon la formule de Hughes. Ils sont engagés dans leur rôle, avec leur tenue, leur gestuelle, leurs outils-accessoires et leurs attributs… Ils produisent ainsi une image qui renvoie à des intentions diverses, que ce soit la valorisation des techniques maîtrisées, la mise en avant des savoirs détenus ou encore l’affirmation de compétences spécifiques… Pourquoi les groupes professionnels s’intéressent-ils de longue date à la production des images physiques les représentant ? Dans quels objectifs ? Avec quels effets? Ce dossier thématique vise à apporter des éléments de réponses à ces questions en croisant les points de vue historique et sociologique

Accès à la revue en ligne

http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=83

Accès aux enregistrements de la journée d’études sur le site de l’Université de Poitiers :

http://uptv.univ-poitiers.fr/program/filmer-le-travail-2015-rencontres-professionnelles/index.html

_______________________________________________________

9782810900909_1_75

 

Sophie DIVAY,  Soignantes dans un hôpital local. Des gens de métier confrontés à la rationalisation et à la précarisation, Rennes, Presses de l’EHESP, 2013, 216 pages. ISBN 978-2-8109-0090-9

Une enquête ethnographique, réalisée dans un hôpital local, qui donne à voir une réalité éloignée des clichés. Ici, les soignantes s’activent souvent sans médecins à leurs côtés, dans des services peu médicalisés empreints d’une longue histoire locale, auprès de patients âgés « du coin », au sein d’équipes « familiales » et où « tout le monde se connaît » depuis toujours. Ces soignantes ont dû faire face à de nombreux changements. Après la laïcisation des hôpitaux, puis « l’humanisation des hospices » sont venues les restructurations modernisatrices, porteuses de restrictions budgétaires et de dégradations de leurs conditions de travail. Au terme d’une longue immersion par observation participante, Sophie Divay analyse en détail le travail quotidien des équipes de soignantes et questionne les effets des politiques de rationalisation gestionnaire et managériale.

« Ce livre nous propulse également vers l’avenir et soulève des questions sur la condition des personnes âgées en institution. […] L’accroissement récent du nombre des “remplaçantes”, personnel précaire, éjectable à volonté, réduit la stabilité et la solidarité du groupe. Quelle qualité de soins peut-on garantir dans ce cas à des patients aussi vulnérables ? C’est donc bien un problème fondamental de modèle de société que ce livre interroger… » (Extrait de la préface d’d’Yvonne Knibiehler)

groupes_pros

Régine BERCOT, Sophie DIVAY, Charles GADEA (dirs.) , Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations. Toulouse, Octarès, 2012.  300 pages, ISBN : 9782366300000

Les métiers naissent, se développent, meurent. Ils forment des êtres collectifs aux frontières mouvantes, dans lesquels gravitent et coopèrent des acteurs aux statuts divers : aux côtés des professionnels, interviennent souvent des amateurs, des profanes, des bénévoles. Ce livre fait le choix d’interroger leur présence et leurs activités, car elles aident à comprendre le monde social des professionnels. Il se penche également sur les moments-clés qui marquent l’histoire des groupes professionnels, aussi bien dans les temps incertains de leur émergence, que lorsqu’il s’agit de développer de nouvelles spécialités ou encore de faire face à des changements soudains de leur cadre d’exercice. Il montre aussi que ce n’est pas sans tensions que se négocie le contrôle de l’activité ou de la formation, et que les modalités de régulation des carrières peuvent prendre des formes surprenantes.

9782130592204.

Nadège VEZINAT , Les métamorphoses de la poste. Professionnalisation des conseillers financiers 1953-2010. Paris, PUF, 460 pages, ISBN : 978-2-13-059220-4

La Poste suscite chez les Français un sentiment d’attachement sans égal parmi les services publics. En tant qu’institution et « lieu de mémoire », elle incarne une certaine idée du lien social. C’est la raison pour laquelle la privatisation inquiète à la fois les agents et les usagers, alors même que le développement des services financiers est présenté par l’entreprise comme la solution la plus adaptée pour faire face aux défis du marché et de la construction européenne.
Ce livre s’inscrit dans le débat sur le processus actuel de libéralisation des services publics où, à l’image de France Télécom, les tensions vécues par les salariés sont très fortes. À la Poste, le processus étudié a donné naissance à un groupe social particulier ayant favorisé le recrutement massif de contractuels : les conseillers financiers, commerciaux au sein d’une administration d’État.
En s’appuyant sur une enquête approfondie auprès des conseillers financiers de La Banque Postale, ce livre dévoile les mutations profondes que la Poste a traversées.
Il rend compte de la genèse et de l’institutionnalisation d’un ensemble de valeurs marchandes qui côtoie une valeur de service public toujours très forte. Ce livre entend
ainsi apporter une meilleure compréhension des transformations contemporaines du service public en France.

Capturdfse

Marlaine CACOUAULT-BITAUD, Frédéric CHARLES (dirs.) Quelle mixité dans les formations et les groupes professionnels ? Enquête sur les frontières et le mélange des genres, Paris, L’Harmattan, 2011, 239 pages, ISBN-10: 2296554598

Au cours des cinquante dernières années, les femmes ont massivement investi le marché du travail, notamment au niveau des emplois salariés. Elles ont cherché à conquérir leur autonomie en se procurant des revenus personnels et à élargir leur réseau de relations en menant une vie professionnelle. Elles ont réussi à investir à des degrés divers pratiquement tous les secteurs d’activité, même ceux qui leur étaient traditionnellement les plus fermés. Leur présence a donc créé de nouvelles situations de mixité au travail. Comment celles-ci se déclinent-elles aujourd’hui au sein des groupes professionnels étudiés et en amont dans les instances de formation ? Les analyses proposées ici montrent souvent l’absence d’une véritable mixité dans les espaces de travail, si l’on entend par mixité, non seulement la co-présence des femmes et des hommes dans ces espaces, mais encore des perspectives de carrière comparables en termes d’accès aux différents postes et de promotion. Or, on observe même parfois un renforcement de la ségrégation selon le sexe. Par ailleurs, le prix à payer pour franchir la frontière de genre et bénéficier d’une pleine reconnaissance tout en exerçant une fonction auparavant réservée aux hommes reste encore élevé. Cependant, si les contributions réunies dans ce livre mettent bien l’accent sur la persistance de l’ordre du genre, elles mettent aussi en évidence des processus novateurs et même subversifs qui travaillent de l’intérieur les situations de mixité et qui permettent l’émergence de nouveaux comportements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *